dimanche 20 octobre 2013

DES MOTS SANS MAUX



Après une année passée à son service j’avais finis par être habituée à ce que tantie Myriam me martyrise. Pas une journée ne s’écoulait sans qu’elle ne m’abreuve d’injures.

« Anita toi fille de pauvre là qui a volé mon jus d’orange ? »

J’ai découvert grâce à ma patronne qu’être un enfant de pauvre était une faute grave. Comment aurais-je pu voler un jus que j’avais moi-même extrait ? Tantie oubliait qu’il m’aurait suffi de boire le jus bien avant de le lui présenter si j’avais voulu commettre un larcin. Parfois je me demandais si elle avait vraiment été a l’école tant elle faisait preuve de stupidité.
Tenez par exemple la dernière fois elle a trouvé dans la chambre conjugale, un slip qui ne lui appartenait pas. Elle m’accusa d’en être la propriétaire alors que le slip en question faisait deux fois ma taille. Comment pouvait-elle m’ériger en bouc émissaire face à l’infidélité flagrante de son époux ? Je ne mettais jamais les pieds dans leur chambre en l’absence de l’un comme de l’autre et d’ailleurs cette chambre était toujours verrouillée à double tour lorsque les deux patrons n’étaient pas présents.

« Anita est ce que tu as servi à manger à mon fils ? Je ne veux pas qu’il devienne aussi maigre que toi hein vilaine et pauvre fille. »

J’avais souvent envie de rire face aux insultes de la maitresse de maison bien qu’elles m’atteignaient parfois. 
J’avais envie de rire parce que non seulement j’étais plus belle qu’elle mais qu’en plus sa forme de guêpe ne pouvait en aucun cas rivaliser avec la mienne d’awoulaba. Par ailleurs, son fils Tommy âgé de seulement 10 ans, était aussi gros que la célèbre Big Mama et n’aurait pu même après une semaine de jeûne avoir la même forme que moi.

Chaque fois qu’elle m’injuriait je baissais la tête, refrénais un fou rire ou une larme selon la gravité de l’injure et je me retirais dans la cuisine. En effet, si je supportais le fait qu’elle m’insulte directement j’avais du mal à accepter le fait qu’elle s’attaque à ma famille. Hier par exemple elle a soutenu que ma mère était tellement irresponsable qu’elle laissait une petite fille de 15 ans travailler comme servante chez des gens qu’elle ne connaissait pas.

Non seulement j’avais envie de lui dire qu’elle était aussi irresponsable d’embaucher une mineure comme domestique mais j’avais surtout mal qu’elle salisse le nom de ma défunte mère. Je travaillais pour subvenir aux besoins d’un père aveugle et de mes deux petits frères. Je n’avais pas besoin de sa pitié mais de son respect et étant donné qu’elle n’était pas prête à me le donner je continuais de subir ses accès de colère sans broncher. Cependant hier, après qu’elle m’ait copieusement insultée, traiter mes parents de tous les noms, elle sortit faire des courses pour noël avec son fils. C’est alors que monsieur son époux s’est approché de moi. Langoureusement il m’a dit à l’oreille «  Anita tu es belle».


Il n’en fallut pas plus pour que je succombe. Il m’a tenu la main et a continué à me dire des mots doux que je préfère garder jalousement. Il m’entraina dans sa chambre et je lui offris mon corps non pour de l’argent ou pour sa beauté et encore moins par esprit de vengeance. Qualifiez-moi de fille aux mœurs légères si vous le voulez mais à cet homme je succombai parce que cela faisait une éternité que j’avais entendu des mots sans maux.