dimanche 2 août 2015

Sous l'orage, un conflit de générations


« L’homme n’est rien sans les hommes, il vient dans leur main et s’en va dans leur main. » C’est pour dire à quel point l’homme ne peut vivre sans son semblable peu importe le rang qu’il occupe dans la société. L’importance de la communauté est l’un des thèmes abordés dans le premier roman de Seydou Badian. Sous l’orage est la scène d’un conflit de générations opposant d’un côté les anciens, ainés, traditionnalistes attachés au passé et de l’autre, les jeunes ayant été à l’école française et pour la plupart enclins au rejet de toutes les coutumes sans exception.

Kany est une jeune fille issue d’une famille polygame et fréquentant l’école française. Son père Benfa, l’a promise en mariage au riche commerçant Famagan qui a déjà deux autres femmes sous son toit. Comment Kany voyant les souffrances que subit sa mère au quotidien du fait de ses deux coépouses, pourrait-elle accepter de se lier à Famagan ? Comment pourrait-elle accepter de quitter les bancs de l’école pour être relayée au fond d’une case, et délaissée à la moindre occasion pour une plus jeune ? Mais surtout, comment pourrait-elle abandonner son amour Samou, élève comme elle, et avec qui elle a fait un pacte de sang pour consolider la passion les unissant ?



Au-delà du thème du mariage forcé, ce livre est surtout un appel à la conciliation entre nos valeurs africaines et la modernisation. Ce mariage pour les anciens tout comme pour les jeunes, représentait une bataille à vaincre pour asseoir ses idées et montrer à l’autre camp, qui menait la barque. Mais Seydou Badian à travers les voix de Tiéman-le-Soigneur et Kerfa, rappelle qu’il ne devrait pas y avoir d’animosité entre les anciens et les jeunes. Il invite plutôt les jeunes à mettre de l’eau dans leur vin, et à ne pas « flanquer tout par-dessus bord ». « Vous avez tort de vouloir tout laisser tomber. Vous avez tort d’essayer d’imiter les Européens en tout. Comprends-moi bien. L’homme européen n’est qu’un des multiples aspects de l’homme. On ne vous demande pas d’être Européens. On ne vous demande pas de vous défigurer. (…) Il n’est pas question pour vous de fuir votre milieu. Cherchez plutôt à agir sur lui. Cherchez à sauver ce qui doit être sauvé et essayez d’apporter vous-même quelque chose aux autres : une figure dans l’ébène, le paysage rutilant de chez nous sur une toile de peintre ! (…) Il ne s’agit pas évidemment de tout accepter. Mais faites un choix. Les coutumes sont faites pour servir les hommes, nullement pour les asservir. Soyez réalistes ; brisez tout ce qui enchaine l’homme et gène sa marche. Si vous aimez réellement votre peuple, si vos cris d’amour n’émanent pas d’un intérêt égoïste, vous aurez le courage de combattre toutes ses faiblesses. Vous aurez le courage de chanter toutes ses valeurs (...) L’humanité serait vraiment pauvre si nous devions tous nous transformer en Européens. »


J’ai bien peur en retranscrivant ce passage, que ces conseils viennent un peu trop tard. Évidemment ils étaient d’actualité à l’époque où Sous l'orage a été publié mais comment les appliquer de nos jours ? Nous sommes aujourd’hui nombreux à n'avoir jamais mis les pieds au village, à ne pas comprendre nos langues maternelles, alors ce n’est même pas la peine de nous demander de partager ne serait-ce qu’une de nos traditions. Comment revenir aux sources lorsqu’on n’a quasiment aucune idée d’où elles se trouvent ? Je fais partie d’une génération qui n’a connu que la grande ville - à part quelques exceptions - . Et même pour ceux qui ont grandi au village, tout le monde veut ressembler aux citadins qui eux même ne savent plus qui des Européens ou des Américains – mondialisation oblige – ils doivent imiter. Pourtant il faut quand même sauver quelque chose. Comment ? Je ne sais pas encore. Mais je suis convaincue que les écrivains peuvent et doivent jouer le rôle de gardiens et de transmetteurs de nos valeurs et de notre histoire, comme l’ont fait les griots par le passé. C’est d’ailleurs ce que fait Seydou Badian dans la deuxième partie du livre, en racontant l’une des versions des derniers instants du grand conquérant Chaka...