jeudi 14 février 2013

UNE FÊTE PAS COMME LES AUTRES


Je me demande bien ce qui se passe aujourd’hui car c’est la cinquième fête à laquelle je viens de me faire renvoyer alors que j’y étais invité. Le paysage de la ville n’est pas pour atténuer ma colère car bien au contraire tout semble concourir à me rendre de mauvaise humeur. Regardez moi ces deux ados main dans la main, enlacés et se faisant les yeux doux comme s’il n’y avait personne autour d’eux. Il ne manquerait plus qu’ils se placardent « AMOUREUX » au dos de leur T-shirts. De l’autre côté de la route j’aperçois encore un panneau publicitaire qui prône la fête de la St Valentin comme presque partout à Abidjan. C’est de l’arnaque cette histoire de fête et aujourd’hui j’en suis convaincu. Je suis dans les rues du plateau depuis plus de deux heures à la recherche d’un bon endroit où passer la fête mais ils sont tous inaccessibles pour moi. Ah voilà un restaurant ouvert je vais voir si je peux enfin manger. 

-          Bonsoir monsieur, je suis là pour l’offre spéciale Saint Valentin qui est passée à la télé.

-          Bonsoir monsieur, puis-je voir votre carton d’invitation ? 

-          Non mais j’ai ma carte d’identité regardez.

-         Désolé monsieur mais sans invite vous ne pouvez pas profitez de la soirée ici.

Désolé, désolé, ils n’ont que ce foutu mot à la bouche comme s’il pouvait calmer la symphonie qu’a entamé mon estomac. C’est bien ce que je me disais c’est de l’escroquerie pure et simple cette histoire de fête car on ne devrait pas fournir à manger selon que tu possèdes une carte d’invitation où non. J’ai été invité en direct à la télé tout le monde l’a vu et aujourd’hui ces malhonnêtes me refusent l’accès à leurs locaux sous prétexte que je ne possède pas leur soi-disant carton. Ils auraient pu me prévenir à l’avance car Diallo le boutiquier du quartier a jeté des cartons vides dans la benne à ordures qui est passée ce matin. Je n’aurais eu qu’à écrire sur l’un d’eux « INVITATION » et je ne serais pas là à me pavaner  dans toute la ville à la recherche d’un restaurant où passer la Saint Valentin. 

Depuis deux ans que je suis venu du village, j’espérais enfin pouvoir goûter aux mets qu’on sert dans les grands restaurants de la place mais finalement je pense que je vais devoir me contenter du kabato que maman a préparé au risque de mourir de faim ici.

Aminata et Joël sont en train de s’amouracher devant ma porte comme si il y’avait marqué quelque part « banc public ». J’ai bien envie de les gratifier d’une bonne douche glacée mais alors je n’en aurais plus assez à boire. Je me demande bien ce qu’ils ont tous à jouer aux amoureux aujourd’hui, est-ce un jour spécial ? Qu’y a-t’il de si particulier pour que même Amoin la vendeuse d’eau glacée au coin de la rue ait fait sortir son plus joli badef pour aller en promenade ? Diallo dont la saleté effraie même les cafards les plus teigneux a fait le ménage dans sa boutique aujourd’hui et il est à peine 20h que c’est déjà fermé. Seul Dieu sait ce qu’il est en train de tramer à l’intérieur avec Ahou la fille du voisin qui ne paie jamais ses dettes. Ma petite sœur et ma mère sont les seules à être à la maison en train de s’affairer sur la marmite de kabato que je mangerai contre ma volonté ce soir. 

-          Pff !

-          Qu’est ce qu’il y a mon fils ? Pourquoi soupires-tu de la sorte ?

-          Maman laisse celui là il n’a pas envie de manger Kabato ce soir, c’est pourquoi il affiche cette mine.

-          Aline on ne t’a rien demandé. Bien sûr que je n’ai pas envie de manger cette pâte de maïs dégoûtante mais c’est autre chose qui m’énerve. 

-          Dis moi donc mon fils.

-          Maman aujourd’hui c’est bien la fête de la Saint Valentin ?

-          Oui comme chaque 14 février.

-          Eh bien à la télé ils ont dit dans plusieurs annonces publicitaires que nous pourrions passez une bonne fête de Saint Valentin dans divers endroits que j’ai presque tout visité aujourd’hui.

-          Et alors ?

-          Aucun endroit n’a voulu me recevoir tant que je ne présenterais pas un carton d’invitation pourtant j’avais ma carte d’identité avec moi.


Aline éclate de rires avant de rajouter « Mais maman ton fils c’est un gaou hein ! La Saint Valentin ce n’est pas comme la Saint Béatrice ou la Saint Joseph, la Saint Valentin est la fête des amoureux. Donc tu pensais que parce que tu t’appelles Valentin on t’offrirait le couvert gratuitement aujourd’hui? Redescends sur terre mon ami, il serait temps de te trouver une petite amie et de quoi vous offrir à tous les deux une bonne fête de Saint Valentin. 

-          Ah je comprends mieux pourquoi tout le monde semblait plus amoureux aujourd’hui mais tout de même ont-ils besoin d’un jour spécial pour démontrer leur amour ?

-          Mon frère cela ne te regarde aucunement. Va plutôt t’asseoir au salon afin d’attendre qu’on te serve ton plat. Ton ventre a déjà commencé l’hymne de la faim alors il ne faudrait pas que tu tombes devant nous.

-          Hum Aline c’est parce que je suis affamé que je te laisse parler mais gare à toi si après le repas je te vois avec le petit « brouteur » du quartier; ta Saint Valentin tu la passeras à l’hôpital. A bon entendeur, Valentin te salue.