jeudi 14 février 2013

100 MOBILES (suite et fin)


La situation est « soayée » car Marc veut savoir qui est Philippe et si on rentre à l’intérieur de la boîte il le découvrira surement. Je n’ai qu’une envie, gifler ces deux énergumènes qui m’ont « vendue » mais pour l’heure il faut que je trouve une explication valable pour contenter Marc.

-          Tu sais BB, ce Philippe est juste un ex qui ne compte plus pour moi.

-          Un ex ? Cela fait un mois qu’on sort ensemble et ton anniversaire a été fêté il y a un mois également; pourrais-tu me jurer qu'il n'y a plus rien entre vous deux ?

-          Nous avons rompu juste après mon anniversaire, bien avant que toi et moi ne soyons en couple. Tu penses que j’aurais pu jouer un double jeu ? Tu n’as donc aucune confiance en moi ? Merci bien, je ne vais pas faire de scandale devant tout le monde je préfère rentrer.

-          Qu’est ce que cela signifie ? On vient à peine d’arriver que tu veux rentrer, dis plutôt que tu as peur de te retrouver entre tes deux amants.


-          Je ne vais pas te permettre de m’insulter davantage. Taxi !

-          Ce n’est pas la peine de te fâcher pour si peu. Si tu dis qu’il n’y a plus rien entre toi et ce type alors je te crois, rentrons maintenant.


-          Non je te connais si on rentre tu risques de me faire honte là bas donc changeons de boîte ou alors raccompagne-moi chez moi.

J’obtiens toujours ce que je veux alors nous allons dans une autre boîte pas très loin de mon quartier et la soirée se déroule sans autre embûche. Marc me raccompagne et je rallume mon téléphone pour découvrir des dizaines d’appels manqués de Philippe. Je suis sûre que demain il me rappellera donc je préfère me glisser dans le lit pour « lover » avec Morphée.

Il est 10h du matin à mon réveil et toute la maisonnée semble sortie. Je dois aller chercher le cadeau de Marc pour la Saint Valentin, une gourmette en or plaqué  sur laquelle j’ai fait graver ses initiales. Contrairement à mes habitudes j’ai décidé d’offrir un cadeau à quelqu’un d’autre que moi parce que sans le vouloir je commence sincèrement à tenir à cet homme. Je ne dis pas que je n’ai jamais aimé mais en général je sors avec des hommes pour le matériel et avec Marc c’est différent. Bien entendu je ne l’aurais pas considéré si c’était un « rienneux » mais au-delà du pouvoir d’achat, il a ce petit quelque chose qui a fait naître une étincelle. Cela ne signifie pas que je suis devenue la parfaite petite amie mais après avoir reçu les cadeaux de Philipe et de mes autres « menuisiers » j’essaierai de l’être.

*****

La Saint valentin, la fête de tous les amoureux où encore la fête des plus amoureux. Le jour où tu découvres si tu es la titulaire de ton homme ou si ta femme en aime un autre plus que toi. Le jour où la ville est peinte en rouge et n’écoute que du Céline Dion. Le jour où les célibataires seraient prêts à tout pour avoir une personne à qui offrir un présent. Le jour où les hommes pleurent pour leurs poches pendant que les femmes attendent avec impatience le programme de la soirée. Ce jour là, moi j’ai deux hommes à voir alors que certaines n’en ont même pas un.

J’ai déjà prévenu Philippe qu’on passera juste la matinée ensemble alors vêtue de ma nouvelle robe blanche bustier que j’ai achetée pour l’occasion, j’emprunte un taxi à destination d’ Angré. Philippe habite seul dans un appartement au 22ème arrondissement, qu’il a su aménagé avec goût. Il manque une touche féminine qu’il me supplie de rajouter mais je garde mes marques pour mon Marc, et la seule maison que je décorerai sera la nôtre. Vous vous demandez sans doute pourquoi est-ce que je continue avec Philippe si j’aime Marc ? Eh bien Philippe est le genre de personne à vous couvrir de cadeaux en toute occasion, alors pour la Saint Valentin,  je sais que j’aurai une belle surprise et je ne veux en aucun cas la rater.

-          Allo Philippe ! Je suis là viens ouvrir la porte.

-          Ok mais je ne suis pas seul actuellement donc ne sois pas surprise.

-          Je pensais qu’on passait la matinée rien que tous les deux.

-          Oui mais mon cousin est venu me présenter sa fiancée donc tu vas les rencontrer aussi et ils partiront dans quelques minutes.

-          Hum okay !

Deux minutes plus tard, Philippe m’ouvre la porte et j’aperçois dans le salon une très belle fille métisse, la taille d’un mannequin et le sourire d’un acteur pour une pub de dentifrice. A ses côtés un homme, mon homme.