jeudi 1 novembre 2012

MARIAGE DE REVE



Il était 2h du matin quand Martin se réveilla en sursaut suite à un cinquième cauchemar. Il était censé se marier dans quelques heures et avait besoin d’un repos réparateur pour toutes ses semaines d’intenses préparatifs. Sabrine, sa compagne depuis dix ans maintenant semblait dormir comme un bébé. Cinq fois qu’il faisait le même cauchemar, cinq fois qu’il se réveillait en sueur alors que Sab quant à elle continuait son idylle avec Morphée, ignorant les tracas de son conjoint.

Le mariage devait avoir lieu à 8h30 mais dès 7h, Martin était déjà en route pour la maison de Gérard son témoin. Il n’avait pas réussit à se rendormir et il n’avait pas envie d’expliquer ses angoisses à Sabrine alors quitter la maison de bonne heure lui avait semblé être une meilleure idée. Ce mariage se devait d’être parfait, vu tous les efforts qu’il avait fournit pour son organisation.       
                                                
Tous ces tracas pour se plier aux exigences de sa dulcinée. Ah ces femmes ! Toujours à vouloir faire mieux que leurs amies. Il n’était pas question qu’un mariage fut plus beau que le leur, il ne pouvait pas se le permettre. Que ne ferait-il pas pour la combler ? Il avait tenu à ce mariage malgré l’opposition de tous les membres de sa famille hormis son cousin Gérard. Certains de ses amis étaient également contre cette union mais il n'en avait cure.

Gérard est considéré comme le raté de la famille car son faible niveau d’études lui a fermé les portes à la réussite sociale. Divorcé avec deux enfants à sa charge, il est obligé de quémander auprès de ses frères et cousins pour la survie de sa progéniture. S’il était à même d’assurer sa pitance quotidienne, il se serait sans doute opposer à ce mariage comme toute la famille, mais il avait besoin de l’argent que lui donnait Martin chaque fin du mois.

Chez son cousin et témoin, les pensées de Martin s’envolèrent vers la future épouse. Il aimerait bien la voir une dernière fois avant qu’ils ne se disent oui mais les superstitieux disent que cela porte malheur. Martin n’en avait que faire de toutes ces superstitions mais, sa future épouse, elle y croyait fermement alors il s’y pliait aussi. Ce mariage lui avait coûté la peau des fesses mais tout ça serait bientôt derrière eux. Il avait suffisamment patienté pour lui offrir le mariage de ses rêves et il avait hâte que tout se termine.

A 8h, Martin était déjà à l’hôtel de ville du plateau dans la plus belle Mercedes garée sur le parking de l’établissement. Trente minutes plus tard la mariée était aussi présente mais avec les retards habituels, la cérémonie commença trente minutes plus tard. Le bla bla quotidien du maire, les plaisanteries souvent déplacées, puis le moment du consentement mutuel arriva.

« Monsieur Koné Martin, voulez vous prendre pour épouse mademoiselle Kané Fabienne ?»

Il avait attendu plus de deux ans pour qu’on lui pose cette question. Il avait passé deux ans à économiser pour offrir à sa collègue le mariage dont elle rêvait, afin qu’elle puisse enfin avoir la preuve de son amour pour elle. C’est vrai qu’il ferait du mal à Sabrine mais elle s’en remettrait bien un jour ou l’autre. C’était le jour de son jour, et rien ne pouvait l’empêcher de consacrer ces années de dur labeur. Enfin, il avait tout prévu sauf ça.

« Papa c’est vraiment toi qui te maries ?» La voix de Stéphanie, sa fille avait retentit dans la salle. 

Les regards se tournaient à la fois vers le père et les deux enfants âgés de dix et sept ans. Stéphanie et son frère Ange avaient appris par leurs amis que leur père se mariait aujourd’hui. Ils n’y croyaient pas mais un carton d’anniversaire apporté à l’école par Joel les avait convaincus. En tenue d’école, ils s’étaient échappés des cours pour voir de leurs propres yeux, leur père se lier à une autre femme. Leur mère n’était pas là, elle n’était pas au courant de ce qui se tramait dans son dos. 
Martin pouvait se retourner et dire « OUI » comme il l’avait si bien préparé mais pousserait-il l’ignominie jusqu’à dire « Oui » en tournant le dos à ses enfants en pleurs ?

Le rêve ou plutôt le cauchemar se termine à chaque fois sur ce dilemme. Pour la sixième fois, Martin se réveille avec la même anxiété. Doit-il épouser Fabienne, ou revenir à la raison et rester avec la femme couchée auprès de lui, qui a partagé sa galère pendant sept années et lui a donné deux magnifiques enfants ?